Coppelia, une fiancée aux yeux d'émail...

Première : Novembre 2008

 

« Un régal esthétique de tous les instants, sensible et intelligent, comme rarement le regard,

le corps et l'esprit tout ensemble mêlés, peuvent le déguster ».

Aurore Busser - 4 december 2009 - Nice Matin 

 

"An aesthetic treat all the time, sensitive and intelligent, as rarely look,

 body and the mind all mixed together, could be tasted. "

Aurore Busser - 4 décembre 2009  - Nice Matin 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

COPPELIA, UNE FIANCEE AUX YEUX D'EMAIL...

 

 

Habiller notre Coppélia de Cuir. Regarder Coppélia avec des yeux de grand enfant où cette poupée serait « maîtresse » du jeu, « maîtresse » du cœur de ses soupirants. 

En m’inspirant du traité sur le théâtre de marionnettes de Henrich Von Kleist, j’aimerais vous faire croire qu’un pantin mécanique pourrait contenir plus de charme que la charpente du corps humain. 

Pour l’amour de Frantz, Swanilda prend la place de Coppélia la poupée. Il en va ainsi dans le livret*…. Et si Coppélia n’avait pas été remplacée? Utiliser ce livret si amusant, profiter que l’œuvre est inachevée pour réécrire celle-ci, me servir aussi de cette musique composée par Léo Delibes, la valse mais aussi et surtout cette mazurka si enivrante. 

Redessiner Coppélia… utiliser une gomme et quelques crayons de couleurs, enlever ou bien rajouter ça et là quelques fantaisies… beaucoup de rouge mais aussi du noir, aussi noir que ces "brillantes, brillantes bottes de cuir" portées par Séverine dans la « Venus in fur » d’Andy Warhol. Tout aussi joli, le costume sera noirci. La pointe du chausson sera remplacée par l’aiguille du talon, le nœud dans les cheveux, symbole de l'amour, par le fouet. 

Utiliser certains ingrédients qui ont constitué ce ballet romantique par excellence. Utiliser la pantomime au service du sens d’une situation que trop de narration censurerait. Tout cela peut-être pour mieux encore rendre lisible le sujet et en révéler le sens. 

Mettre en valeur cet immense amour pour Coppélia au point de remplacer ses prétendants par de jeunes hommes esclaves de leurs propres sentiments. Coppélia fascine, ce n’est qu’une poupée, rien de vivant et pourtant… 

Notre Coppélia s’est créée avec la complicité des danseurs et tout particulièrement Alexandra Besnier et Min-Jeong Kim qui habitent « une Coppélia réinventée ». Elles sont mes complices. En exerçant sur scène ce fascinant et envoûtant pouvoir de séduction, elles me font me rappeler sans cesse que Coppélius, certes invisible dans notre version, est toujours là. 

Coppélius ne serait-il peut-être pas d’ailleurs l’évocation de toutes ces sombres raisons à l’origine de nos quêtes d’amour et de beauté qui pèsent inconsciemment sur nos goûts, nos choix. Pour moi, Frantz n’est pas amoureux de Coppélia mais de tout ce à quoi il aspire, d'un idéal féminin qui n'existe évidemment pas. Peut-être lui ressemblons nous tous? Comme le dit Paul Valéry, "il n’existe pas d’être capable d’aimer un autre être tel qu’il est. On demande toujours des modifications. Car on n’aime jamais qu’un fantôme, ce qui est réel ne peut être désiré". 

Enfin, je choisis la scène comme étant l’évocation de la chambre de Coppélia. Le public sera donc au bas de la Maison de Coppélius et apercevra Coppélia un peu comme Frantz l’aperçut sur son balcon en 1870. 

Quelles chances inouïes d'avoir rencontré Mesdames Wilfride Piollet et Monique Loudières, danseuses étoiles de l'Opéra de Paris, lors de tête à tête qui ont su me conforter dans mes choix et m’éclairer en m'apprenant qu'évidemment Coppélia était, elle aussi, un amour inaccessible et impossible et donc une Dame Blanche. 

Hervé Koubi - Extraits du carnet de notes de la création 

* Coppélia, ou la Fille aux yeux d'émail est un ballet en deux actes et trois tableaux d'Arthur Saint-Léon, sur un livret de Charles Nuitter, musique de Léo Delibes, d'après le conte d'Hoffmann L'Homme au sable, représenté pour la première fois à l'Opéra de Paris le 25 mai 1870.

 

 

 

COPPELIA, A FIANCEE WITH ENAMELED EYES

Dress our Leather Coppélia. Look at Coppélia with the eyes of a big child, when this puppet will be ‘mistress’ of the game, ‘mistress’ of the heart of her suitors.


Being inspired by a work on puppet theatre by Henrich Von Kleist, I would like to make you believe that a mechanical puppet could contain more charm than the frame of the human body.

Through love of Frantz, Swanilda takes the place of Coppélia the puppet. At least that’s how it goes in the booklet…
What if Coppélia had’nt been replaced?

Using this amusing book, profiting from the unfinished work and rewriting it, and also taking the music composed by Léo Délibes, the waltz but also (and most especially) the exhilarating mazurka.

Redrawing Coppélia…using an eraser and some colour crayons, take off or add here and there some fantasies…a lot of red but also some black, as black as those ‘shiny, shiny boots of leather’ worn by Séverine in ‘Venus in furs’ by ‘The Velvet Underground’. Equally as pretty, the costume will be blackened. The ‘pointe’ will be replaced by the stiletto heel, the knot in the hair by the whip.

Using certain ingredients which have been the base of ballet ‘par excellence’. Using the pantomime to serve to create sense of situation that too much narrative might censor. Perhaps all of this may render the subject more comprehensible and reveals it’s meaning.

Highlighting this immense love for Coppélia to the point of replacing her admirers by young males, slaves to their own feelings. Coppélia fascinates, but it is only a puppet, not alive but yet…

Our Coppélia was created with the help of the dancers and especially Alexandra Besnier and Min-Jeong Kim who reside in a ‘reinvented Coppélia’. More than just working on character interpretation, they are my accomplices in exercing this fascinating and bewitching power of seduction. They ceselessly remind me that Coppélia, although invisible, is always there.

Perhaps Coppélius is also the evocation of all those dark reasons originating from our quest for love and beauty, which weigh unconsciously on our tastes, our choices. For me Frantz is not in love with Coppélia but with all that he aspires to. Maybe he resembles all of us?

“There exists no being capable of loving another such as he is. We always ask for modifications. This is because we never love just a phantom; that which is real cannot be desired”
Paul Valéry 

Lastly, I chose the scene as to evoke the bedroom of Coppélia. Therefore the public will be lower down in the house of Coppélius and will perceive Coppélia similar to how Frantz observed her from his balcony in 1870.

I would like to particularly thank the dancers Wilfride Piollet and Monique Loudières for our discussions which helped to enlighten me.



Hervé Koubi – Extacts from his notebook

 

 

Coppelia, une fiancée aux yeux d'émail...

 

Reportage / Documentary

 

 

L'EQUIPE ARTISTIQUE / THE ARTISTIC TEAM

 

 

Chorégraphie / Choreography : Hervé KOUBI 
Assistant chorégraphique / Choreographic assistant : Guillaume GABRIEL


Interprétation : Alexandra BESNIER / Guillaume GABRIEL / David GUASGUA / Min-Jeong KIM / Carl PORTAL / Carlos FERREIRA DA SILVA


Musicique / Music : Léo DELIBES et Kronos Quatett


Costumes / Costums : Guillaume GABRIEL 


Création lumière / Light design  : Lionel BUZONIE

 

 

PARTENAIRES /  SUPPORTS

 

 

Production : Compagnie Hervé KOUBI - Coproduction : Ville de Cannes Direction des Affaires Culturelles - Made in Cannes / Ville de Brive-la-Gaillarde / Centre Culturel de Loudéac - Scène conventionnée - micro plateaux / Festival Dansité de Vallauris / Centre Chorégraphique National de Nantes - Claude Brumachon et Benjamin Lamarche / Ballet Biarritz - Thierry Malandain Centre Chorégraphique National.


Avec le soutien du Festival Cadences - Scène conventionnée plateau pour la danse, du Théâtre de la Grange de Brive-la-Gaillarde, du Théâtre de la Licorne de Cannes, Théâtre de Cusset, du Théâtre de l’Olivier d’Istres - Scène conventionnée Art du geste, de la Maison de la Danse d’Istres, des Studios actuels de la danse de Vallauris, du Centre Culturel Jean-Pierre Fabrègue de Saint-Yrieix-La-Perche, de La Fabrique de Guéret, de l’Espace l’Ecluse de La Souterraine, du Centre Culturel de Tergnier, du Théâtre Juliette Gréco de Carros, de La Médoquine de Talence, du Centre Culturel de Sarlat, du Théâtre de Saint Lô - Scène conventionnée autour des écritures, du Théâtre de Vanves Festival Artdanthé, de la Maison de l’Art et de la Communication de Sallaumines, du Centre Culturel d’Arques, de la MJC de Rodez, du Théâtre de Villefranche de Rouergue, du Centre Culturel de Digoin, du Théâtre de Sarcelles, du Centre Culturel de Saint Martin Les Boulogne, du Centre Culturel de Bergerac, du Théâtre de Saint Dizier, du Préau de Vire - Centre Dramatique régional, du Théâtre de l’Hôtel de Ville Saint Barthélémy d’Anjou, du Théâtre de Montauban, du Théâtre de Montargis, du Centre Culturel de Segré, du Théâtre de Verdun, de l’association Côte d’Opale Danse, de la Foire du Livre de Brive-la-Gaillarde, de la Compagnie Thor - Direction artistique thierry Smits de Bruxelles, de l’Ecole Supérieure de Danse de Cannes Rosella Higtower- Direction artistique Monique Loudières.

 

 


Production: Compagnie Hervé KOUBI - Co-production: City of Cannes Direction of Cultural Affairs - Made in Cannes / City of Brive-la-Gaillarde / Cultural Center of Loudéac - Conventional stage - micro plateaux / Festival Danse de Vallauris / National Choreographic Center of Nantes - Claude Brumachon and Benjamin Lamarche / Ballet Biarritz - Thierry Malandain National Choreographic Center.

With the support of the Festival Cadences - Scène conventionné plateau for dance, the Théâtre de la Grange in Brive-la-Gaillarde, the Théâtre de la Licorne in Cannes, Théâtre de Cusset, the Théâtre de l'Olivier d'Istres - Art of gesture, the House of the Dance of Istres, the current Studies of the dance of Vallauris, the Cultural Center Jean-Pierre Fabrègue of Saint-Yrieix-La-Perche, La Fabrique de Guéret, 'The Lock of La Souterraine, the Cultural Center of Tergnier, the Juliette Theater Gréco de Carros, the Medocquine of Talence, the Cultural Center of Sarlat, the Theater of Saint Lô - Scène conventionne around the writings, the Vanves Theater Festival Artdanthé, the Art and Communication House of Sallaumines, the Cultural Center of Arques, the MJC de Rodez, the Théâtre de Villefranche de Rouergue, the Center Culturel de Digoin, the Théâtre de Sarcelles, the Cultural Center of Saint Martin The Boulogne, the Center Culturel de Bergerac, the Théâtre de Saint Dizier, the Preau de Vire - Regional Dramatic Center, the Théâtre de l'Hôtel de Ville Saint Barthélémy d'Anjou, the Théâtre de Montauban, the Théâtre de Montargis, the Segre Cultural Center , the Théâtre de Verdun, the Côte d'Opale Danse association, the Brive-la-Gaillarde Book Fair, the Compagnie Thor - Art Direction Thierry Smits from Brussels, the Cannes Dance School Rosella Higtower- Artistic direction Monique Loudières.